Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Non catégorisé  •   •  Affichages : 4615


Salam aleykoum. Jai un gros probleme je me suis dirigée vers ce site car je suis perdu. Sa fais desormais 3 ans et 2 mois que je souffre d'un enorme waswas. Ce waswas a etait la cause de chamboulement dans ma vie. Au debut ce waswas etait sur le divorce tres tres dure. Ensuite il a basculer sur la croyance quˋALLAH nous en preserve au point ou je faisais le ghusl plusizurs fois par jour car javais limpression detre tomber dans la mecreance qu ALLAH nous en preserve. Mais le waswas sest encore accentuer et cest la.dou viznt ma question est ce que le waswas peut faire bouger des membres du corps ? Jai la.partie gauche le bras qui se crispe, jai mon sexe qui bouge egalement et je narrive plus a faire une priere sans avoir la potrine compresser en feu depuis plus de 7 mois. Jai essayer de faire roqya je e reagis pas a la recitation juste des waswas, jai etait voir un psy rien ny fait.  Jai reussi a enlever un waswas al.hamdouliLLAH en suivant les conseils d'un savant de Medine qui a dit dignorer totalement. Mais a chaque fois qu'un waswas disparait un autre.prend le.relais. jai des idees du genre "si tu marche pas surcettz branche tzs mecreant" "si tu te prosterne pas avant ton frere tes mecreant " etc etc et je les suis de peur de tomber dans la mecreance. Jai l'impression de devenir fou baaraka ALLAH ufik de repondre a mes questions frère mahdy Wa salam aleykoum wa rahmatuLLAH

Wa 3aleikoum salam, akhi al karil,

Pour répondre à ta question : sache que oui le waswas peut générer des mouvements corporels comme les tics et les tocs.

En effet, pour soigner les tics et les tocs, il faut avant tout comprendre le mécanisme du tic et du toc, qui sont des mouvements anormaux qui font suite aux waswas !

Ainsi, le parachèvement du waswas se localise dans la production d’un mouvement physique par lequel la personne se singularise en cultivant sa propre folie. J’entends par folie l’action de cultiver sa différence comportementale par la production de mouvements anormaux qui attirent un regard d’exclusion de la part des gens environnants dans un cercle vicieux qui alimente la folie dans la mesure où la personne malade a besoin de socialisation pour diminuer l’impact de ses propres waswas !

Aussi, oui, le waswas quand il est impactant : il peut faire bouger le corps ! Et généralement, les personnes qui sombrent dans la folie sont des personnes aux profils miroitant c’est-à-dire qui conditionnent leur comportement par rapport à l’image que l’on se fait d’eux ! C’est pourquoi, il y a un cercle vicieux car si on cultive sa différence par des gestes anormaux alors le regard d’exclusion ou de mise en évidence de notre différence va cultiver notre propre folie ou point d’alimenter la puissance de nos waswas.

Pour guérir de la puissance d’un waswas, il faut comprendre le comment et trouver la cause de sa puissance. Or, de même qu’il existe des relations toxiques, il existe aussi des périodes toxiques ! Et, là je viens de mettre en évidence un concept clé de la thérapie musulmane par lequel nous pouvons expliquer les traumatismes.

En effet, si nous avons fortement souffert durant notre vie et s’il n’y a pas eu de cicatrisation par rapport à cette période moyennant une thérapie alors cette dernière peut devenir toxique moyennant une liaison qui relie le présent à cette période traumatisante !

A partir de là, nous pouvons comprendre le phénomène du traumatisme comme étant une douleur intense passée qui influe sur le présent par la génération d’un comportement anormal comme la crispation, le blocage, les tics et les tocs, et ce, en raison d’une liaison mentale ou physique qui relie le présent à cette période toxique de l’existence.

C’est pourquoi, nous pouvons interpréter les tics et les tocs comme étant des rituels que le malade réalise en pensant faire barrière avec cette période toxique alors qu’il ne fait, en réalité, qu’alimenter le cercle vicieux de sa maladie car par le mouvement anormal, il se remémore sa période traumatisante, qui à son tour rend impactant le waswas de bouger anormalement son corps !

Pour guérir, il faut réaliser une coupure à l’endroit du présent et de la période toxique de l’existence moyennant une thérapie.

Mahdy Ibn Salah
  • Aucun commentaire trouvé