Consultation thérapeutique de groupe (réunion en ligne) -sur rdv Rejoindre la réunion

Arrow up
Arrow down
Écrit par Mahdy Ibn Salah  •  Catégorie : Psychologie  •   •  Affichages : 2691

A’laykum salam akhy

 

Barak Allah ou fik pour votre réponse et votre analyse, je vous en suis très reconnaissante. Et je vous rejoins dans ce que vous dites. Vous savez j’ai beaucoup trop de choses à vous dire sur mon enfance et je ne sais pas si c’est forcément liées à ce qu’il m’arrive. Je vais donc vous en citez quelques-unes si Dieu le Veut. Je vais être sincère avec vous et vous dire ce qu’il m’est difficile de dire akhi Mahdy. Aujourd’hui j’ai 21 ans. J’ai commencé à voir des « choses » à 3 ans. Enfin mes souvenirs peuvent remonter à cet âge-là. Ce que je vais vous raconter là, ce passe dans des appartements et chambres différents.

 

Une fois, lorsque j’avais justement 3 ans, nous étions, mon frère, ma sœur et moi, dans la cuisine et ma mère nous donnait à manger, étant donnée que nous ne voulions pas manger, elle a voulu ruser avec nous et elle nous a dit « dépêchez-vous de manger ou le monstre va venir ». Sa ruse avait fonctionné on a fini très rapidement ! Après cela tout le monde est sorti de la cuisine et a traversé le couloir normalement, ensuite vient mon tour, et là je vois deux couvertures planant toutes seules dans le couloir, comme s'il y avait quelqu’un en dessous, pourtant toute ma famille était dans le salon. Moi étant petite je me suis dis : « ah oui, maman avait raison ».

 

Après cela ma mère nous a demandé d’aller faire une sieste, à l’époque je partageais ma chambre avec ma sœur (maintenant avec plus personne étant donnée ce qu’il se passe dans cette chambre), et il manquait une couverture, j’ai dis à ma sœur : »il faut aller en chercher une dans l’autre chambre » donc j’y suis allé, et là, une quinzaine de couvertures étaient là, pareil que dans le couloir, il semblait y avoir quelqu’un sous chaque couverture. Je suis quand même entrée et j’ai récupéré une couverture pour ma sœur. Aujourd’hui lorsque je raconte ces anecdotes à ma mère, elle s’attriste et me demande pourquoi est-ce que je ne lui ai rien dis, je lui réponds qu’étant donnée que c’est elle qui m’avait mis en garde, automatiquement, pour moi, elle savait.

Une autre fois à l’âge de quatre ans je crois, mes parents dormaient et je me suis réveillée assez tôt, mon frère ainsi que ma sœur aussi, nous sommes allé nous installer dans le salon, par terre, et là une sorte de grand rat est entré, s’est mis debout et ma mordue à l’épaule, ensuite il est parti sous la table. La seule réaction que j’ai eue est que j’ai abaissé mon pull, ce qui permit à mon épaule de se découvrir, je l’ai regardé, j’ai ensuite regardé en direction de mon frère et ma sœur et tout en souriant je leur ai dis  « Je n’ai même pas eu mal »

Je partage ce souvenir avec mon frère et ma sœur, par contre il y a quelques divergences, eux disent qu’ils en ont vu trois, moi un seul, ils disent qu’ils étaient tous habillées, moi non, ils disent que tout le long ils marchaient debout, tels des hommes, moi je l’ai vu debout qu’au moment où il s’est approcher de moi. Durant plusieurs années (Allah ou a3lem), mon seul rêve à été le suivant : Je rêve que je suis debout sur une sorte de pavé en béton, il fait nuit, il n’y a rien autour de moi, je suis seule, je suis en hauteur, je surplombe une immense étendue d’eau, je la regarde, je regarde le ciel, et ensuite je saute, comme si je me suicidais et avant d’atterrir je me réveille en sursaut. J’ai passé mon enfance et encore aujourd’hui, à voir des araignées sur mon lit, des grosses, des petites…et d’autres insectes.

 

Etant jeune, j’étais quelqu’un de très intelligente, je comprenais facilement les gens, je ressentais même s’ils étaient mauvais où non. J’étais très solitaire (aujourd’hui encore), j’étais très calme, je restais seule que ce soit à l’école ou ailleurs, mais cela ne m’empêchait pas d’avoir des amies de tant à autres, mais ça ne durait pas… Je pensais beaucoup à la mort de ma mère (ma mère n’est pas morte, al hamdoulilaih, que Dieu Lui permette de vivre longtemps). J’y pensais tout le temps à chaque fois que je l’a voyait, je craignais pour elle, la mort. J’aimais beaucoup lui faire plaisir, je me levais tous les matins pour lui préparer son petit déjeuner, je ne lui réclamais rien, parce que je ne voulais pas qu’elle se sente contrainte de faire ce que je lui demande, d’ailleurs il y a quelque chose que je faisais souvent pour lui faire plaisir : ma mère se lève le matin à 4h30, pour aller travailler à 5h00, et ce que je faisais, c’est que je me levais en même temps qu’elle, pour fermer la porte à son départ, et ensuite je m’occupais de quelques tâches ménagères et je me souviens qu’un jour, après avoir fermé la porte, il devait être 5h00 (Allah ou alem), je me suis mise à nettoyer la cuisinière et en tournant ma tête en direction du couloir, j’ai vu un petit garçon marcher, il était tout noir, on ne voyait ni yeux, ni cheveux, juste une forme humaine, une sorte d’ombre en 3D. Sur le coup, la vision « n’ayant pas atteinte mon cerveau », je me suis retourné et j’ai continué à frotter, puis tout de suite après, je me suis re-retourné et je l’ai vu, il marchait, en direction des chambres, je l’ai regarder et je me suis dit : « ce n’ai pas une illusion d’optique, étant donné que je le vois encore », alors j’ai pris deux ou trois spatules et je me suis mise à marcher derrière lui dans le but de l’attraper, mais il a fini par disparaitre dans le couloir.

 

A ce même âge, c’est-à-dire 6 ou 7 ans environ, lors d’une nuit, je me suis mise à crier de toutes mes forces, alors que j’avais les yeux fermer, je criais sans m’arrêter, et tout à coup mes parents sont entré dans la chambre, ils m’ont demander : « qu’est-ce qu’il y a ? » je leur ai répondu que c’était ma sœur qui n’arrêtait pas (alors que la pauvre elle dormait et elle à été réveillé par mes cris. Une autre nuit je dormais en haut d’un lit superposé et j’avais mon petit frère dans mes bras, il devait avoir 6 mois où moins, j’étais assise, je le calmais, il n’arrêtait pas de pleurer, j’ai fait mon possible pour le calmer, je ne voulais pas qu’il réveille ma mère, alors je lui chantais des chansons, le balançait avec mes bras, et vers 3 heures du matin, je suis descendu du lit, avec mon petit frère dans mes bras, je suis descendu en prenant soin de ne pas le faire tomber, je l’ai posé sur le lit à ma sœur (le lit en-bas), je l’ai couvert et je suis aller dans la chambre de mes parents. Je suis entré et je me suis mise à réveiller ma mère, elle a sur sauter et elle m’a dit : qu’est-ce qu’il y a ? » Je lui ai dis de ne pas s’inquiéter, qu’il n’y avait rien de grave, mais qu’il (en citant mon frère) ne voulait pas dormir, elle me regarde et me dit : «  mais il est où ? » Je lui dis : « ne t’inquiète pas, je l’ai posé sur le lit » et là, elle se met un coup sur la poitrine et elle me dit : « non ! » Je lui dis « si maman » , elle se met en position assise sur le lit et me dit en me montrant mon petit frère : «  non naïma, il est là » Je le regarde en silence, puis je lui dis : «  mais non maman, je te le jure il est avec moi, je vais le chercher » et là je m’en vais en courant dans ma chambre, sûr de moi, ma mère me suis en courant, elle arrive juste après moi, et constate avec moi, qu’effectivement il n’y a personne ! Je la regarde d’un air de dire : « il faut que tu me crois », elle me prend m’emmène dans le salon, et là je commence à lui dire «  Maman je te le jure, je l’ai touché de mes propres main, maman il pleurait, je l’entendais, toute la nuit il a été avec moi, c’est pas possible maman » Ma mère ma prise dans ses bras pour me calmer, j’ai vu qu’elle avait très très peur, alors quand elle ma dit : « Naïma tu as rêver », j’ai acquiescé, je lui ai dis : « oui, peut-être », elle m’a donner à boire et m’a recouché et j’ai fait comme si ne rien était.

 

Un ou deux ans plus tard, alors que je dormais, ma sœur a allumer la lumière de ma chambre (elle se réveillait plus tôt étant donnée qu’elle était en sixième) je me suis donc réveillé, je la regardais et j’attendais qu’elle éteigne cette lumière, puis une tête est apparue, avec un chapeau de père noël et une guirlande de bouffon autour du cou. Je l’ai regardé et j’étais contente, pensant que c’était le père noël, ensuite j’ai regardé ma sœur, mais elle ne réagissait pas, je me suis dis tant pis.

 

La tête sans bras, ni corps, ne parlait pas, elle me souriait, elle bougeait beaucoup, elle allait sur le bureau, s’amusait avec la chaise tournante de mon bureau, je ne comprenais pas pourquoi ma sœur ne réagissait pas, alors qu’elle était justement en train de se servir de ce bureau. Ensuite il est venu sur mon ventre, et c’est là que je me suis rendu compte que j’étais totalement paralysée, que seule mes yeux pouvaient bouger. Au moment où je me suis rendu compte de cela, j’ai arrêté de sourire, et lui, ayant remarqué que je ne souriais plus, a sorti deux bras de je ne sais où, et il s’est mis à m’étrangler, ensuite il a libéré une main (donc une main continuait de m’étrangler) et avec l’autre il s’est mis à me gifler, très fort, sur les deux joues, j’hurlais de toutes mes forces, je criais le nom de ma sœur qui était juste là, mais rien ! Aucune réaction. Alors je me suis mise à crier : « papa, papa… »

 

Toujours rien, j’ai donc cherché à me débattre, et après un long moment, j’ai réussi. Je ne le voyais plus, je pouvais bouger, je me suis donc retourné et j’ai essayé de me rendormir. Je ne suis même pas descendu le dire à mon père, ou à ma sœur, non je me suis juste retourné.

 

Mon enfance (d’ailleurs jusqu’à aujourd’hui) a été rythmée par de violentes crises de migraine, je ne perdais pas connaissance, mais j’avais tellement mal que je ne voulais pas parler. J’ai parfois été prise aussi de violentes douleurs au ventre, je m’en rappelle encore. Quelques années plus tard, je devais avoir 13 ou 14 ans (Allah ou a3lem), je suis parti en Angleterre avec ma classe, je logeais chez une famille de Cardiff, avec deux filles de ma classe. (Les huit années commencent maintenant)

 

Le premier soir j’ai regagné mon lit, fatiguée par le voyage, mes camarades en ont fait de même, nous avons commencé à parler, puis je me suis endormie, et d’un coup j’entends mes camarades m’appeler en criant mon nom «  Naïma, naïma », je me réveille, me retourne et leurs demandes ce qu’il y a ?, l’une d’elles me dit : «Depuis tout à l’heure on discute avec toi, on te parle, on rigole avec toi, tu nous réponds, alors que tu dors ! » Elle là, ayant remarqué leur état de panique et pour ne pas passer pour une folle, je leur dis : « Mais je n’étais pas en train de dormir, qu’est ce que tu me racontes ? Je viens juste de m’assoupir. Laissez-moi dormir maintenant ! » Ensuite ayant remarqué quelles s’étaient calmés je me suis retourner et je me suis dit : « Si en plus j’arrive à tenir une conversation alors que je dors, je suis dans un sacré pétrin » et je me suis rendormie, quelques heures plus tard, mes yeux s’ouvrent d’un seul coup, je suis sur le ventre, tout tourne autour de moi, je suis paralysé… je sentais des mains me tenir les bras, et une voix d’homme disait : « Naïma, naïma » puis il me jetait par terre, ensuite il me ramassait et disait « Naïma, naïma » et encore une fois il me jetait par terre, et ainsi de suite jusqu’au lever du soleil. Après cela je me suis endormie une heure environ (Allah ou a3lem). Je me suis lever avant tout le monde, très en colère, n’ayant pas compris ce qu’il m’arrivait, j’ai pensé qu’un homme s’était introduit dans ma chambre dans un but bien précis. J’essayais de faire bonne figure devant mes camarades et ma famille d’accueil mais j’avais beaucoup de mal, ma mère m’a appeler, je lui ai dis que tout allait bien, je ne voulais pas l’inquiéter.

 

Je suis descendu de ma chambre pour aller déjeuner, mais je n’ai rien mangé, j’ai questionné mes camarades, je leurs ais dis : « Avez-vous entendu ou vu quelque chose hier soir ? » Leurs réponses à été : « Non ». Alors j’ai réfléchi et j’ai relevé certains points, le premier est que j’étais totalement paralyser, le second est que tout tremblait autour de moi et que j’avais les yeux ouverts, que je voyais mes camarades, la chambre et tout ce qu’il y avait, le troisième est que « cette voix » prononçait parfaitement mon prénom en français, alors que personne dans cette maison, n’arrivaient à le prononcer, vers 11h00, j’en ai conclut que cela devait être un diable. Pleine d’incertitude, le soir même j’ai poussé une énorme armoire contre la porte, je me suis dis, si quelqu’un essaye d’entrer on pourra l’entendre… Mais cette nuit là, rien ! Le lendemain matin notre maîtresse d’accueil est venue nous réveiller, elle n’arrivait pas à ouvrir la porte.

 

Quelques jours après ce voyage, j’ai raconté ce qui m’était arrivé en Angleterre à ma mère, mais elle n’a pas compris, elle pensait que j’avais rêvé, je n’ai pas insisté. C’est à ce moment-là que ma scolarité à commencer a flanché, l’année où j’ai rendu ma première feuille blanche, parce que plus rien ne me revenait, aucune leçon, aucune méthode. Mes migraines se sont accentuées, ainsi que mes visions. Depuis ce jour, pratiquement toutes les nuits, j’avais la visite de ces diables… BarakAllah ou fik pour ce terme « violeur parmi les diables » c’est le terme le plus approprié. Ils ne sont que des violeurs, rien que le fait de vous en parler me met dans un état d’énervement. A 14 ans, je les voyais, des femmes, des enfants, des nains, des hommes aves de longs cheveux noirs… Une nuit alors que tout le monde dormait, j’étais dans mon lit, mon petit frère dormait sur un matelas par terre, je n’arrivais pas à dormir (j’oubliais, j’ai toujours été une grande insomniaque), je regardais ma chambre, et à un moment, j’ai vu une forme humaine entre l’armoire et le mur, cette forme était en train de se cacher, lorsqu’elle a vu que je l’avais remarqué, elle à couru en ma direction, écrasé mon petit frère qui dormait et elle ai entrer en moi. C’était exactement la même forme que celle que j’ai vue lorsque j’avais 6 ou 7 ans.

 

J’ai donc été prise d’une paralysie, j’avais du henné dans ma main, une femme qui était sous le lit et qui avait les cheveux rouges, essayait de m’enlever le henné, je ne pouvais rien faire, un homme pas très grand s’est allongé sur mon petit frère, il avait de longs cheveux noirs, une tête de femme me sciait les jambes, puis elle me soignait, il y avait un petit homme sur ma poitrine, et une tête sur le mur, j’ai passer une grande partie de la nuit comme cela, paralysée, impuissante. Le lendemain j’en ai parlé à ma mère, elle a mis du coran dans ma chambre, sans vraiment comprendre le pourquoi du comment. Depuis, mes autres nuits sont similaires à celle-ci. Je me souviens d’une nuit ou un homme avec seulement un tronc, en costume et blond était sur mon ventre, ce soir là ma mère avait mis des livres de coran sous mon oreiller, elle avait cousu ayat al kursi sur mon oreiller, et cet homme tronc, en sautant sur mon ventre me disait : « Mais tu crois, que c’est du coran qui va me faire fuir ? » Et il se mit à rire, telle une sorcière. Ce soir là il y avait plein de monde sur mon lit.

 

Comme je vous l’ai dit précédemment akhi Mahdy, mes nuits se ressemblent, elles ne sont pas à caractère reposant, loin de là… Parfois je dors, je me réveille subitement et là je vois ma couverture qui est tirer hors du lit, je la rattrape et je me retrouve paralyser, un jour je me suis accroché fermement à ma couverture, j’ai alors été tiré avec elle. Je me suis retrouvé entre le radiateur et le mur (chose normalement impossible). Il m’arrive souvent de passer la nuit coller au plafond, et quand quelqu’un ouvre ma porte le matin, je tombe violemment sur mon lit. J’entends des voix de femme qui me parlent des médicaments que ma mère prend. Quand je me lève et que je vais aux sanitaires, j’entends plein de personnes parler, c’est incompréhensible et c’est tellement proche de mon oreille… Parfois je sens un homme sur moi, cela me dégoûte, je ressens d’abord une très grande fraîcheur, puis je le sens se poser sur moi, à ce moment là je ne suis pas paralysé, je peux me débattre, me lever, mais quand il n’y a pas cette fraîcheur, je suis paralysé, j’ai l’impression que c’est une autre «personne ». Une fois je me suis vue dans une maison de djinn, je donnais la main à deux enfants (deux enfants que j’ai vus à plusieurs stades de leur vie, ce violeur me les ramenait parfois) et il y avait une très belle femme qui tenait à son tour plusieurs enfants, cette maison était très petite en hauteur. Récemment j’étais malade, je suis resté dans ma chambre, et il est venu habiller avec un jean noir et une veste noire, il est resté près de moi, pour voir comment j’allais. Il me fatigue, je n’ai plus envie de dormir. Il ne me laisse pas avancer, je suis toujours fatiguée, lorsque je suis motivée pour faire des traitements avec du coran, je suis comme « morte » tellement je suis fatiguée, je suis pleine d’ambitions, mais celles-ci se limitent au cadre spatiaux temporel de ma tête. Quand je fais la prière de fajr à l’heure et que je retourne me coucher, il me « puni », il vient et fait ce qu’il a à faire.

 

Mon taux d’absentéisme à l’école est énorme, je passe bientôt mes examens de fins d’année, et je n’ai rien appris, il arrive à me faire dormir pratiquement quand il veut, quand je résiste, je ne peux rien faire car je suis très fatigué et quand il y arrive, alors il vient et fait ce qu’il veut de moi.

 

En ce qui concerne mes sentiments suite à ces actes d’animaux, sachez akhi Mahdy que je suis dégoûté, d’ailleurs je me réveille souvent en état de colère. Parfois quand ce sont des caresses, ça ne me fait pas grand-chose, je suis lassé, mais quand il se permet autre chose, qu’Allah l’anéantisse, après avoir subi cela, là je m’insupporte, je suis dégoûter, j’ai envie de crier, de taper. Vous savez étant plus jeune, je le défiais, je lui disais : « Si tu es vraiment fort vient, mais ne me paralyse pas, et tu verras, tu verras ce qui va se passer », ou bien « Tu es si faible que cela, pour venir te procurer une femme dans ce monde ? Tu n’as donc aucune influence dans ton monde ? ». Parfois je lui faisais da3wa. Mais à l’époque je n’étais pas encore bien consciente que ce n’était qu’un sal pervers. En ce qui concerne ma famille, ou du moins mes parents, je sais que mon père se faisait faires des livres pour guérir d’une maladie, Il achetait des livres en librairie pour apprendre, quand j’ai trouvé ces livres, je les ai brûlé. Vous savez akhi Mahdy, ce n’est pas tous ce que je vous ais raconter là, qui m’ont donné envie ou bien inciter à mourir, mais le sentiment d’étouffement, parfois j’ai l’impression que ma poitrine va exploser, c’est ce que je ressens en vous écrivant, j’ai une sensation « de poids » en moi, j’ai envie d’ouvrir mon buste dans l’espoir que quelque chose s’y échappe. J’ai même réussi à ressentir ce sentiment d’étouffement vis-à-vis du ciel, je voulais ouvrir le ciel tellement, il me pesait, je me sentais écraser, alors que, qui y a-t-il de plus vaste que la terre et le ciel ? Vous savez je ne sais pas si c’est un châtiment ou bien simplement une épreuve, ce que je peux dire c’est : Pourquoi Allah le Tout Miséricordieux, m’aurait-il châtié à 3 ans ? Ou bien 13 ans ? Je ne sais pas.  Vous savez, je n’ai jamais fréquenté de garçons, akhi Mahdy, ce violeur ne peut pas être là pour cela. Le Tout Clément m’en a préservé. Al Hamdoulilaihi.

 

Voilà akhy Mahdy, vous connaissez les plus grands traits de ma vie, ceux que ni mon père, ni  mes frères, ni mes sœurs ne connaissent. Je ne vous ais pas tout dis, mais je vous ais dis l’essentiel, j’ai été longue et je m’en excuse. Je vous remercie de votre lecture,  si vous avez besoin d’autres informations n’hésitez pas.

 

Qu’Allah vous préserve akhi Mahdy.

 

Salam a’laykum.

 

Wa ahleikoum salam orti al ‘aziza,

 

Sachez que le monde de la nuit est le monde des djinns et que le monde du jour est celui des humains, si bien que dans les rêves nous vivons dans les djinns et le jour, eux vivent en nous. Ainsi, d’ordinaire nous subissons dans nos rêves leur rythme de vie et le jour ils subissent le notre.

 

Ils peuvent influencer sur notre monde tout comme nous pouvons influer sur le leur. Or, il arrive que les choses puissent s’inverser ! C’est le cas des sorciers humains qui troquent consciemment leur corps et deviennent des spectateurs du contrôle démoniaque de ce dernier en pleine journée et qui, en échange, deviennent maitres de leurs propres rêves, la nuit, et peuvent ensorceler à partir de ceux-ci !

 

Sachez qu’à défaut de faire de vous une sorcière, les démons voudront vous pousser à la folie moyennant la standardisation par rapport à votre référenciel qui n’est pas celui de votre entourage car vous pouvez effectivement percevoir des choses que les autres ne peuvent voir.

 

Et vous tombez exactement dans le piège quand vous échangez avec ces diables, quand vous les défiez, quand vous agissez consécutivement à vos visions comme le fait de placer une armoire devant la porte pour empêcher qu’ils rentrent… Car agir dans le monde réel par rapport aux normes du monde virtuel risque de vous rendre anormale aux yeux des gens qui vous entourent et donc d’accentuer la fissure avec le monde social par laquelle le démon veut augmenter son emprise sur vous !

 

Il est important pour vous de faire la part des choses entre ce qui vient du monde des djinns et ce qui vient du monde des humains car toute confusion et interaction entre ces deux mondes peut mener à la folie comme c’est le cas de ces frères schizophrènes qui considèrent que les gens environnants sont des extra-terrestres à cause de leur vision en période de veille et qui de ce fait aspirent à les agresser par prévention !

 

Comprends que Satan peut jouer de la liaison intense qu’il peut avoir sur des humains quand par ses insufflations et ses visions il arrive à provoquer des réactions et des comportements dans le monde réel ! Ainsi, plus vous agissez par rapport à ce que vous voyez la nuit, plus ces phénomènes augmenteront ! C’est le cas aussi de ceux qui focalisent sur le monde invisible et qui de ce fait voient des choses paranormales !

 

Revenir dans le monde réel en amoindrissant la valeur de ce que vous pouvez voir la nuit, sans agir consécutivement est la voie de la guérison. Généralement ceux qui vivent ce que vous vivez le vivent à cause des parents qui ont pactisé avec les diables, et ces derniers veulent transmettre l’enseignement de la sorcellerie aux enfants. Si ces derniers acceptent de pactiser eux aussi alors ils deviendront soit des sorciers, soit des diables ou soit des doubles facettes… C’est pourquoi, il faut remonter aux ancêtres pour comprendre pourquoi certaines personnes arrivent à se connecter aisément avec le monde invisible comme les berbères par exemple !

 

Je vous sens intelligente mais je vous sens aussi très connectée avec le monde invisible. Apprenez à donner la victoire à votre raison sur vos émotions en faisant le trie de ce qui vient du monde réel et du monde virtuel afin de ne pas laisser le démon réussir ses stratagèmes à votre égard !

 

Prendre conscience de tout cela c’est déjà commencer à faire échouer le plan démoniaque !

 

Mahdy Ibn Salah

 

 

 

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Aucun commentaire trouvé